• Accueil / 
  • Approcher la Nouvelle-Zélande

Informations sur le marché

English version to follow

 

FNZCCI publications - Market informations (in French)

Principaux Indicateurs, année 2015

Taux d’inflation 2015: 0,1%

Position de la France : 24e rang pour les exportations / 11e rang pour les importations

IDE : 102,445 milliards de NZD en 2014

Corruption perception index 2015: 4/168 (Find the map of the corruption perception here)

Présentation économique du pays

Malgré un fort éloignement géographique et un marché étroit, la Nouvelle-Zélande possède l’un des marchés les plus ouverts au monde. Cela grâce à d’importantes réformes structurelles et une insertion réussie dans l’économie mondiale.

Le secteur primaire continue à jouer un rôle très important dans l’économie du pays et représente plus de la moitié de ses exportations. A ce secteur s’ajoute le tourisme international qui a un poids non négligeable dans l’économie néo-zélandaise puisque celui-ci représente près de 17% des exportations du pays.

Parallèlement, avec son économie dynamique et ses 4,5 millions d’habitants, le marché néo-zélandais fait figure de poids lourd économique dans la région du Pacifique.

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB : 
   Agriculture : 7,5 % 
   Industrie : 25,5 % 
   Services : 64,( %

Les tendances de l’économie

Depuis les catastrophes naturelles survenues l’année dernière avec notamment la destruction partielle de Christchurch, la seconde ville du pays, la Nouvelle-Zélande connait une appréciation de sa monnaie nationale, le dollar néo-zélandais (NZD), renchérissant d’autant le coût de la vie. Ceci est notamment lié à une forte inflation jusqu’en 2010 (plus de 4% alors) qui s’est repliée à 2% en 2011 suite aux choix économiques du gouvernement.

Par ailleurs la Nouvelle-Zélande se veut aujourd’hui être le paradis de la création d’entreprise, c’est le  pays en 2015 où il est le plus facile de créer son entreprise d'après le classement de l'institut Doing Business.

Ceci étant depuis le tremblement de terre qui a frappé la région de Christchurch le 22 Février 2011 le solde migratoire est devenu négatif, entre Février 2011 et Février 2012 le nombre de départ de long-terme de la Nouvelle-Zélande a augmenté de 18% quand les arrivées n’ont augmenté que de 1%. Cela n’empêche pas l’industrie touristique de revenir sur des bases d’avant février 2011 avec une hausse du nombre de touristes, 2% en Juin 2012.

Les échanges commerciaux Franco-Néo-Zélandais

Depuis 2010, les échanges commerciaux entre les deux pays ne cessent d'augmenter. En effet,les importations néo-zélandaises de produits français en 2014 ont plus que doublé depuis 2010 de quand ses exportations à destination de la France ont diminué. De ce fait la balance commerciale de la Nouvelle-Zélande est aujourd’hui très déficitaire vis-à-vis de la France . Cela est dû au fait que les principales exportations néo-zélandaises à destination de la France sont des produits du secteur primaire dont les prix ont fortement diminué en 2011 et que ses importations sont principalement des machines, très couteuses,  notamment dans le secteur aéronautique. Cependant, 2014 marque une hausse de 7,3% des exportations de produits néo-zélandais vers la France par rapport à 2013. 

Bien qu’à 20.000km de la Nouvelle-Zélande, la France est son 15° partenaire commercial.

Les 4 principaux secteurs porteurs

Les 4 principaux secteurs générateurs de revenus de la Nouvelle-Zélande sont dans l’ordre d’importance : l’agroalimentaire, le tourisme, l’économie numérique et l’industrie maritime.

1 L’agroalimentaire

Le secteur de l’agroalimentaire représente 50% des exportations néo-zélandaises, il occupe donc une place primordiale dans l’économie nationale. Ce secteur se fonde principalement sur 3 piliers qui sont les produits laitiers, les produits carnés et la viticulture. Les produits laitiers contribuent à eux seuls pour la moitié des exportations de ce secteur avec comme vitrine Fonterra, le premier exportateur mondial de lait, qui est la plus importante entreprise néo-zélandaise. Les produits carnés tiennent une place comparable à l’export avec près de 8 milliards NZD engrangés à l’international. La viticulture n’a certes pas encore atteint une taille comparable à ces deux secteurs mais connait une croissance moyenne annuelle totale depuis 20 ans de 24% menant à un chiffre d’affaire de la filière de 2 milliards NZD.

2 Le tourisme

Le tourisme est le 2ème secteur d’activité le plus rentable de la Nouvelle-Zélande. En 2011 2,6 millions d’étrangers se sont pressés à la douane, en hausse de 2% par rapport à l’année précédente. Sur l'année de mars 2014 à mars 2015, le secteur touristique a au total généré près de 2,5 milliards NZD, soit 10% de plus que l'année précédente, représentant une contribution de 4,9 %du PIB, tout en faisant vivre directement et indirectement 296.000 personnes.

3 L’économie digitale

La Nouvelle-Zélande a lancé en 2005 une réforme sur le long terme quant à son économie digitale, à l’horizon 2020. De ce fait dès 2010 la Nouvelle-Zélande a intégré le top 10 des économies les plus ouvertes à l’innovation digitale. En effet de par son éloignement physique, Internet apparait comme la meilleure source de développement. Le gouvernement investit beaucoup pour développer ses infrastructures : entre 2008 et 2015 près de 4 milliards de NZD (2% du PIB néo-zélandais) vont être déboursés par l’Etat rien que pour les infrastructures liées à l’économie digitale.

4 L’industrie maritime

L’industrie maritime a un poids non négligeable dans l’économie nationale puisqu’elle représentait plus de 2 milliards NZD de chiffre d’affaires en 2010 et cette présence ne cesse de s’accroitre, d’ici 2020 ce secteur devrait doubler son poids à l’export.

 

Find more information on specific New Zealand sectors:

The New Zealand Sectors Report 2014

The Observatory of Economic Complexity

ANZ Business Insights website

5 Conseils pour une entreprise souhaitant approcher la Nouvelle-Zélande

Conseil 1 : Choisissez un mode d’entrée précis

Il y a différentes façons d’entrer en Nouvelle-Zélande et votre stratégie peut exiger que vous en utilisiez plus d'une. Un choix judicieux exige une étude sérieuse du marché local et dépendra surtout du produit ou service que vous souhaitez introduire.

Les méthodes directes d'entrée incluent la vente via un site Web, l’établissement d’une filiale, ou un partenariat avec un agent ou un distributeur. Chaque option a ses avantages et ses inconvénients avec ses implications légales et financières. Demandez l’avis de votre comptable, avocat ou conseiller avant de prendre une décision.

Conseil : Considérez les agences gouvernementales locales pour votre étude de marché

Si vous souhaitez recevoir de l’assistance ou plus d’informations concernant le marché local, n’hésitez pas à nous adresser vos questions. Vous pouvez aussi approcher des agences gouvernementales Néo-Zélandaises telles que la New Zealand Trade and Entreprise (NZTE) www.nzte.govt.nz ou encore New Zealand Investment www.investmentnz.govt.nz

Conseil 3 : Protégez votre propriété intellectuelle

Parce que les marchés internationaux deviennent de plus en plus compétitifs, il est important de protéger votre propriété intellectuelle. Gérer efficacement vos actifs de propriété intellectuelle vous aidera à conserver votre avantage concurrentiel et à gagner un revenu pour faire croitre votre entreprise. Il vous est offert la possibilité d'approcher l’agence gouvernementale Intellectual Property Office of New Zealand (IPONZ) www.iponz.govt.nz, ou bien des agences privées spécialisées.

Conseil : Préparez votre visa

Si vous cherchez à combiner mode de vie exceptionnel et opportunités d’affaires, une variété de visas différents vous est offerte. La Nouvelle-Zélande devient de plus en plus attrayante pour les hommes d’affaire et les entrepreneurs qui peuvent apporter une contribution à l’économie locale. Pour ce faire, contactez directement l’ambassade de Nouvelle-Zélande dans votre pays ou visitez le site internet de l’agence gouvernementale Immigration New Zealand www.immigration.govt.nz

Conseil 5 : Considérer les différences culturelles et linguistiques

Faire des affaires en Nouvelle-Zélande peut être la source de petits défis culturels. Par exemple, la culture et la langue locale (l’anglais) pourraient influencer votre marque commerciale, vos techniques de négociation, ou votre approche marketing. Si la langue locale vous pose quelque difficulté, n’hésitez pas à employer les services d’un interprète ou d’un traducteur.


Market information

 

Key indicators, 2015

2015 inflation rate: 0.1%

France’s ranking as trading partner: 24th for exports / 11th for imports

FDI: NZD 102.445 billion in 2014

2015 Corruption Perceptions Index:  4/168 (see the map of corruption perceptions here)

Economic landscape of the country

Despite its geographical isolation and small market, New Zealand boasts one of the most open markets in the world. This is the result of major structural reforms and a successful integration into the global economy.

The primary sector continues to play a leading role in the country’s economy, accounting for more than half of its exports. Alongside this is international tourism which makes a sizeable contribution to the New Zealand economy, representing almost 17% of the country’s exports.

At the same time, with its bustling economy and 4.5 million inhabitants, the New Zealand market is a main economic player in the Asia-Pacific region.

GDP share of the main sectors of activity: 
   Agriculture: 7.5% 
   Industry: 25.5% 
   Services: 64.5%

Trends in the economy

Since the natural disasters that struck a few years ago, particularly with the partial destruction of Christchurch, the country’s second-largest city, New Zealand has seen its national currency, the New Zealand dollar (NZD), rise in strength, in turn increasing the cost of living. This is notably due to strong inflation up to 2010 (more than 4% at the time) which dropped back to 2% in 2011 following the government’s economic moves.

Today, New Zealand also stands out as an ideal place for starting businesses. In 2015, it was ranked number one in the world for being the easiest place to start a business, according to Doing Business.

However, since the earthquake that struck the Christchurch region on 22 February 2011, net migration has been negative: between February 2011 and February 2012 the number leaving New Zealand long-term increased by 18%, while arrivals increased only 1%. This didn’t stop the tourism industry from returning to its pre-February 2011 figures, recording an increase in tourism numbers of 2% in June 2012.

French-New Zealand trade

Since 2010, trade between the two countries has continued to grow. In fact, New Zealand imports of French products in 2014 were more than double those in 2010, while its exports to France decreased.  As such, New Zealand now has a high trade deficit vis-à-vis France. This is due to the fact that New Zealand’s main exports to France are primary sector products whose prices dropped sharply in 2011 and also that its imports are mainly high-cost machinery, notably for the aeronautics sector. However, 2014 saw a 7.3% increase in exports of New Zealand products to France compared to 2013.

Despite being 20,000 km away from New Zealand, France is New Zealand’s 15th largest trade partner.

Top 4 growth sectors

The 4 main income-generating sectors in New Zealand are (from biggest to smallest): food processing, tourism, the digital economy and the maritime industry.

1 Food processing

The food processing sector accounts for 50% of New Zealand exports, making it a key component of the national economy. The sector is primarily based on 3 pillars: dairy products, meat products and wine-growing. Dairy products alone contribute to half of this sector’s exports, led by Fonterra, the world’s largest dairy exporter and New Zealand’s biggest company.  Meat products hold a comparable position in exports with almost NZD 8 billion earned internationally. Wine-growing clearly hasn’t yet reached the levels of these two sectors, but for the last 20 years has enjoyed total annual average growth of 24% resulting in NZD 2 billion of turnover for the industry.   

2 Tourism

Tourism is the 2nd most profitable sector of activity in New Zealand. In 2011, 2.6 million visitors came to these shores, up 2% compared to the previous year. Over the year March 2014 to March 2015, the tourism sector generated almost NZD 2.5 billion in revenue, 10% more than the previous year and accounting for 4.9% of the country’s GDP, at the same time providing direct and indirect jobs to 296,000 people. 

3 Digital economy

In 2005, New Zealand launched a long-term reform for its digital economy through to 2020. As a result, 2010 saw New Zealand join the top 10 economies most open to digital innovation. Due to its physical isolation, the Internet appears to be the best source of development. The government is investing a lot in developing its infrastructure: between 2008 and 2015 the government earmarked almost NZD 4 billion (2% of New Zealand’s GDP) specifically for infrastructure connected with the digital economy.

4 Maritime industries

The maritime industry makes a sizeable contribution to the national economy, generating turnover of more than NZD 2 billion in 2010. Its presence continues to grow; by 2020, the sector is expected to double its share in exports.  

For more information on this sector analysis of the New Zealand economy, see:

The New Zealand Sectors Report 2014

atlas.media.mit.edu/en/profile/country/nzl/ 

 

5 Tips for any business wanting to deal with New Zealand

Tip 1: Choose a specific method of entry

There are different ways of entering the New Zealand market, and your strategy may require that you use more than one. A diligent choice calls for a rigorous study of the local market and will primarily depend on the product or service you want to introduce.

The direct methods for entering include online selling, setting up a subsidiary or entering a partnership with a representative or distributor. Each option has its advantages and disadvantages and comes with legal and financial aspects that need to be considered. Seek advice from your accountant, lawyer or advisor before making a decision.

Tip 2: Consider using local government agencies for your market research

If you want to get help or obtain more information on the local market, please send us your questions. You can also contact New Zealand government agencies such as New Zealand Trade and Enterprise (NZTE) www.nzte.govt.nz.

Tip 3: Protect your intellectual property

With international markets becoming increasingly competitive, it is important to protect your intellectual property. Effectively managing your intellectual property assets will help you maintain your competitive advantage and generate revenue to help grow your business. You can contact the government’s Intellectual Property Office of New Zealand (IPONZ) www.iponz.govt.nz or specialist private agencies.

Tip 4: Get your visa in order

If you’re looking to combine exceptional lifestyle and business opportunities, a range of different visas are available to you. New Zealand is becoming increasingly appealing for businesspeople and companies with something to contribute to the local economy. To find out more, contact the New Zealand embassy in your country directly or visit the website of the government agency Immigration New Zealand www.immigration.govt.nz.

Tip 5: Think about cultural and language differences

Doing business in New Zealand can present small cultural challenges. For example, the culture and local language (English) could have an impact on your brand name, negotiation techniques or marketing operation. If the local language creates problems for you, consider using the services of an interpreter or translator.

 

*Sources : 
http://www.diplomatie.gouv.fr
http://www.oecd-ilibrary.org
http://www.treasury.govt.nz
http://www.stats.govt.nz/

 

Our events

< July 2017 >
Mon.Tue.Wed.Thu.Fri.Sat.Sun.
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11 12
13
14 15
16
17
18 19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Our Members

    • AEDIFICE
    • Accor Hospitality
    • Air Calin
    • Air Liquide
    • Air Tahiti Nui
    • Aj Park
    • Alliance française
    • Auckland Chamber of Commerce
    • Ballande New Zealand
    • Bolloré Logistics New Zealand Ltd
    • Bureau Veritas
    • Carter Atmore Law
    • Danone Nutricia NZ
    • Electrix
    • Fresha export
    • Frogs in NZ
    • Geodis Wilson
    • Glengarry Wines
    • Grace
    • Immigration Solutions Bureau
    • James and Wells
    • L'Oreal
    • Ma Chérie
    • Maison Vauron
    • Modus Translation and Editorials
    • Moet Hennessy
    • NZ Ministery of Foreign Affairs & Trade
    • NZ Projects
    • NZTE
    • New Caledonia’s Diplomatic representation in New Zealand
    • New Zealand Services
    • Pacific Cooperation
    • Paneton Bakery
    • Pernod Ricard New Zealand
    • Regus New Zealand Management Ltd
    • Renault New Zealand
    • Sofrana
    • Staples Rodway
    • The Ripple Hub
    • Touquet
    • Trade Pacifika
    • Tradestaff Global
    • VIRBAC New Zealand
    • Wine-searcher.com

© 2017 FRENCH NEW ZEALAND CHAMBER OF COMMERCE